Renault Flins

Une grève peut changer les choses

Brève
12/10/2017

Mercredi 4 octobre, excédés, la plupart des travailleurs de l’équipe du matin du secteur LA de l’usine Renault de Flins se sont mis en grève. Le lendemain, les grévistes ont utilisé cette fois leur droit de retrait en listant... 19 problèmes de sécurité inacceptables ! Et, à la surprise de la direction, ceux qui avaient cessé le travail le matin ont été rejoints par tous les travailleurs en CDI de l’équipe d’après-midi, et même ensuite par quelques travailleurs de nuit.

C’est seulement là, la production de l’atelier étant interrompue, que la direction a pris les choses au sérieux. On a vu la différence ! Dès le début de l’après-midi, la direction a fait faire des travaux et apporter des matériels pour remédier aux problèmes : machine à aspirer les fumées mobiles, tapis aspirant, signalisation des extincteurs... Certains travailleurs n’en croyaient pas leurs yeux. La direction locale était en fait paniquée à l’idée d’arrêter plusieurs usines.

Une mobilisation collective peut changer les choses, très vite, à commencer par l’attitude des responsables, et ne serait-ce qu’à l’échelle d’un petit secteur.