Terrorisme

Les attentats qui ont frappé la France et tué des centaines de gens ont montré que les guerres, qui se déroulent à des milliers de kilomètres, finissent toujours par nous rattraper. La barbarie des terroristes et des attentats est un écho de la barbarie que subissent les populations de Syrie, d’Irak, de Libye ou d’Afrique. Là-bas, les attentats ont fait des milliers de morts, la guerre a transformé des millions de personnes en réfugiés qui ont dû tout quitter pour survivre.

Au nom de la lutte contre le terrorisme, nos gouvernants veulent nous embrigader derrière leur politique guerrière et sécuritaire et nous amener à soutenir les interventions militaires au Moyen-Orient et en Afrique. Ils prétendent mener ces guerres dans notre intérêt, pour défendre notre sécurité et notre liberté, mais ils mentent.

Depuis plus de quinze ans, sous prétexte de lutter contre le terrorisme, les grandes puissances n’ont cessé d’intervenir en Afghanistan et en Irak, puis en Syrie et au Sahel. Ils ont transformé des régions entières en champs de ruines, attisant le chaos et permettant au terrorisme de prospérer sur la dévastation dont ils sont responsables.

Il faut refuser que ces guerres se fassent en notre nom ! Ce sont des guerres pour le pétrole du Moyen-Orient, pour l’uranium du Niger, des guerres qui sont toujours menées pour le profit, et jamais dans l’intérêt des peuples.

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme les nuées portent l’orage », déclarait Jaurès à la veille de la Première Guerre mondiale. Eh bien rien n’a changé ! L’ordre capitaliste mondial, c’est toujours et plus que jamais quelques grands groupes industriels et financiers qui mettent la planète en coupe réglée et qui se livrent à une guerre permanente pour le partage du butin.

Pour refuser la barbarie et ses différentes manifestations, il faut combattre la société qui l’engendre, combattre pour le renversement du capitalisme.