Brèves

L’exploitation nuit à la santé

Brève
23/11/2017

Le journal Le Parisien a fait sa Une du mercredi 12 novembre sur « l’absentéisme » des salariés. Et de brandir les 60 milliards annuels que coûteraient les arrêts maladies à l’économie ! Parler de travailleurs absentéistes au lieu de travailleurs malades n’est pas un hasard ! Cela va dans le sens des pressions exercées sur les salariés pour qu’ils se rendent au travail même malades, tout comme la décision du gouvernement de rétablir le jour de carence pour les fonctionnaires.

L’enquête reconnaît toutefois que si le nombre d’arrêts de travail a augmenté de 7,5 % entre 2010 et 2016, public et privé confondus, c’est à cause des conditions de travail plus dures, de la pression plus grande et des « contraintes psychosociales et physiques qui pèsent sur les salariés ». Si même eux le disent !

Une macronnerie de plus

Brève
23/11/2017

Migrants dans les rues de Paris. Un accueil "généreux", d'après Macron !

Alors qu’il s’était rendu le 21 novembre dans un centre parisien des Restos du cœur, interpellé par une femme d’origine marocaine qui ne parvenait pas à obtenir de papiers, Macron a répondu en citant l’ancien premier ministre socialiste Rocard : « La France est un pays qui est généreux (…) mais on ne peut pas prendre toute la misère du monde.»

Macron utilise en effet la même démagogie anti-migrants que ses prédécesseurs. Et dans le même but : faire oublier que sa générosité, il la réserve à une minorité de riches !

Réforme universitaire : un écran de fumée

Brève
23/11/2017

Après une rentrée universitaire catastrophique, marquée par le manque de places et leur attribution plus qu’opaque, le gouvernement s’est senti obligé d’annoncer une réforme pour l’année prochaine. La mesure phare serait un binôme de professeurs principaux pour mieux encadrer les lycéens dans leurs choix d’orientation. Et en attendant, il a mis en place un nouveau logiciel d’inscription pour les jeunes à la sortie du lycée.

Mais il n’est jamais question d’augmenter les capacités d’accueil des universités, alors que le nombre d’étudiants est en constante augmentation. Dans ces conditions, pour les jeunes, quel que soit le logiciel, cela restera la loterie pour trouver une place à l’université et à partir de là, disposer des moyens d’accéder à la culture !

Le rêve du patronat des transports

Brève
23/11/2017

La fédération patronale du transport, l’Union des Transports Publics, se plaint que la loi de Sarkozy de 2007, dont l’objectif était de limiter les grèves dans les transports, soit inefficace. Du coup, elle propose d’interdire les préavis de grève illimités, les grèves de moins d’une heure et de limiter drastiquement le droit de retrait que les salariés invoquent en cas de risques ou d’agression d’un des leurs.

Avec sa loi, Sarkozy promettait la fin des grèves dans les transports publics. Comme quoi, malgré tous les efforts du patronat et des législateurs à son service pour entraver les luttes des travailleurs, ceux-ci trouvent toujours le chemin pour se défendre.

Encore un bon plan pour les patrons !

Brève
23/11/2017

Le Premier ministre à Valéo, une des entreprises qui va bénéficier de subventions sous prétexte de "favoriser l'innovation"

Le Premier ministre a présenté un plan pour «relancer l’industrie» prévoyant la création d’un fonds de 10 milliards d’euros. «Pour favoriser l’innovation», a-t-il affirmé. Et ce serait Philippe Varin, ex-PDG de PSA, qui a fermé en 2013 l’usine de PSA Aulnay, en Seine-Saint-Denis, jetant à la rue des milliers d’ouvriers, qui serait chargé de piloter ce plan pro-patronal.

Distribuer des milliards à des patrons pour continuer à supprimer des emplois, il n’y a vraiment rien d’innovant là-dedans !

L’austérité pour les communes et les milliards pour le patronat

Brève
23/11/2017

Edouard Philippe était présent à l’ouverture du congrès des maires le 21 novembre pour, paraît-il, rassurer les élus locaux qui s’inquiètent de la diminution programmée de leurs ressources. Il a annoncé qu’il n’y aurait pas de baisse des dotations aux collectivités locales… mais une «maîtrise raisonnée» des dépenses. C’est jouer sur les mots !

Les gouvernements se succèdent, tenant les mêmes discours pour justifier les économies imposées aux communes. Beaucoup d’entre elles seront contraintes de réduire encore plus l’entretien des routes et des bâtiments publics, de limiter les horaires d’ouverture des services administratifs, etc. Cette politique ne vise qu’un seul et même objectif : permettre à l’Etat de continuer à déverser des milliards dans les coffres du patronat et des riches !

Des maires de petites communes, refusant d’accorder la moindre confiance aux promesses de Philippe, ont fait entendre leur protestation et ils ont eu bien raison de profiter de l’occasion.

Tragédie de la misère au Maroc

Brève
21/11/2017

la pauvreté dans un village marocain

Dimanche 19 novembre, quinze femmes sont mortes piétinées par la foule lors d’une distribution de denrées alimentaires de première nécessité à Sidi Boulaalam, une petite localité rurale située au sud-ouest de Casablanca, au Maroc. D’après les médias locaux, le bilan reste provisoire et pourrait s’alourdir car on compte au moins une quarantaine de blessés.

Un particulier avait organisé cette distribution de farine et d’huile sur une place du marché, comme il le fait chaque année, mais il a rapidement été débordé par une foule de près de 800 personnes, principalement des femmes de tous âges. « Les gens se sont bousculés et ont fait tomber les barrières », d’après un témoin.

Un drame de la misère ? Oui, certainement mais cette misère elle a des causes et des responsables : la classe des riches privilégiés, le roi et sa famille en tête, et tous les exploiteurs capitalistes du Maroc, dont beaucoup sont français.

33ème campagne des Restos du cœur dans un système sans cœur

Brève
21/11/2017

33 ans après leur lancement, les Restos du cœur entament leur campagne d’hiver. Le nombre de repas distribués est passé de 8,5 millions en 1985 à 135,8 millions en 2016. L’association rappelle qu’en France, 9 millions de personnes vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté.

Pour l’occasion, Macron s’est rendu dans un centre de Paris, le temps de faire un discours devant les caméras. Ce petit intermède médiatique visait à faire oublier qu'avec les sacrifices imposés aux classes populaires pour financer des cadeaux aux très riches, Macron est un de ceux qui aggravent la misère.

L’enfer aux portes de l’Australie

Brève
21/11/2017

Sur l'île de Manus

700 réfugiés originaires d’Irak, du Sri Lanka, d’Iran ou d’Afghanistan survivent dans un camp sur l’île de Manus, au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée. Ils y sont retranchés sans eau ni électricité, ni nourriture, et refusent de sortir à cause des agressions dont ils sont victimes, de la part de petits voyous ou de la police locale.

Ce camp avait été ouvert par le gouvernement australien pour y déporter tous ceux qui cherchaient à gagner son territoire. Depuis le 31 octobre, il a été fermé par la Papouasie sans qu’aucun pays n’ait accepté d’accueillir les réfugiés qui s’y trouvaient.

Des pauvres condamnés à rester dans un camp de concentration, c’est le monde impérialiste en ce début du 21ème siècle !

Imprimer txt